L’engagement humanitaire

Texte présenté par Alexander Kmentt en conclusion de la Conférence de Vienne sur l’impact humanitaire des armes nucléaires, 9 décembre 2014.

[Màj 19 mai 2015] Le gouvernement autrichien a annoncé au cours de la conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération nucléaire de mai 2015 qu’il renommait ce texte, originellement intitulé « l’engagement autrichien » (Austrian Pledge), « l’engagement humanitaire » (Humanitarian Pledge). Ce texte est soutenu à l’heure actuelle par plus de 90 États.

A la lumière des faits importants et des conclusions qui ont été présentés aux conférences internationales à Oslo, Nayarit et Vienne, nous, les Etats soutenant et/ou adhérant à cet engagement, sommes arrivés aux conclusions inéluctables suivantes et nous engageons à aller de l’avant en leur donnant suite, avec les parties intéressées, dans les instances disponibles, y compris dans le contexte du TNP et de sa prochaine Conférence d’examen de 2015 :

Conscients des souffrances inacceptables subies par les victimes d’explosions d’armes nucléaires et d’essais nucléaires et reconnaissant qu’une réponse adéquate aux besoins et aux droits des victimes n’a pas encore été fournie,

Comprenant que les conséquences immédiates, à moyen et à long terme, de l’explosion d’une arme nucléaire sont beaucoup plus graves que ce que nous pensions autrefois et ne seront pas circonscrites aux frontières mais auront un effet régional ou même mondial, menaçant potentiellement la survie de l’humanité,

Reconnaissant la complexité et la corrélation entre ces conséquences sur la santé, l’environnement, les infrastructures, la sécurité alimentaire, le climat, le développement, la cohésion sociale et l’économie mondiale qui sont systémiques et potentiellement irréversibles,

Conscients que le risque d’explosion d’une arme nucléaire est bien plus grand que ce que l’on pensait auparavant et, de fait, augmente avec la prolifération croissante, l’abaissement du seuil technique de la capacité de production d’armes nucléaires, la modernisation des arsenaux nucléaires des États dotés d’armes nucléaires en cours et le rôle qui est accordé aux armes nucléaires dans les doctrines nucléaires des États qui les possèdent,

Conscients du fait que le risque d’utilisation des armes nucléaires et les conséquences inacceptables qui y sont liées pourront uniquement être évités quand toutes les armes nucléaires seront éliminées,

Soulignant que les conséquences de l’explosion d’une arme nucléaire et les risques liés aux armes nucléaires concernent la sécurité de toute l’humanité et que tous les États partagent la responsabilité d’empêcher toute utilisation d’armes nucléaires,

Soulignant que l’ampleur des conséquences de l’explosion d’une arme nucléaire et les risques qui y sont associés soulèvent des questions morales et éthiques profondes qui vont au-delà des débats sur la légalité des armes nucléaires,

Conscients qu’aucune réponse adéquate nationale ou internationale capable de répondre aux souffrances humaines et aux souffrances humanitaires qui résulteraient de l’explosion d’une arme nucléaire dans une zone peuplée n’existe, et qu’il est peu probable qu’une telle capacité existe un jour,

Affirmant qu’il est dans l’intérêt de la survie même de l’humanité que les armes nucléaires ne soient plus jamais utilisées, quelles que soient les circonstances,

Réitérant le rôle crucial que jouent les organisations internationales, les organismes de l’ONU concernés, le Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les représentants élus, les universitaires et la société civile pour faire avancer l’objectif commun d’un monde sans armes nucléaires,

Nous considérons qu’il est de notre responsabilité et par conséquent nous engageons à présenter les discussions fondées sur des faits, les conclusions et les preuves incontestables de la Conférence de Vienne, qui s’appuie sur les conférences précédentes d’Oslo et de Nayarit, au sein de toutes les instances pertinentes, et particulièrement à la Conférence d’examen du TNP de 2015 et dans le cadre de l’ONU, puisqu’elles devraient être au centre de toutes les délibérations, obligations et engagements en matière de désarmement nucléaire,

Nous nous engageons à poursuivre l’impératif de la sécurité humaine pour tous et à promouvoir la protection des civils face aux risques induis par les armes nucléaires,

Nous appelons tous les États parties au TNP à renouveler leur engagement pour l’urgence et la pleine mise en œuvre des obligations existantes en vertu de l’Article VI, et à cette fin, à identifier et à prendre des mesures efficaces pour combler le vide juridique pour l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires et nous nous engageons à coopérer avec toutes les parties prenantes pour atteindre cet objectif,

Nous appelons tous les États dotés d’armes nucléaires à prendre des mesures provisoires concrètes pour réduire le risque d’explosions d’armes nucléaires, y compris réduire l’état opérationnel des armes nucléaires, retirer les armes nucléaires déployées pour les stocker, diminuer le rôle des armes nucléaires dans les doctrines militaires et des réductions rapides de tous les types d’armes nucléaires,

Nous nous engageons à coopérer avec toutes les parties prenantes pertinentes, États, organisations internationales, le Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, parlementaires et société civile, afin de stigmatiser, d’interdire et d’éliminer les armes nucléaires, à la lumière de leurs conséquences humanitaires inacceptables et des risques qui y sont associés.

Traduit de l’anglais par Silene Theobald. Texte original disponible ici.

Les commentaires sont fermés