L’ONU lance un processus pour interdire les armes nucléaires!

voteunl41Malgré la très forte opposition des puissances nucléaires, une forte majorité d’États a décidé de lancer en 2017 un processus pour interdire les armes nucléaires. Cette décision historique annonce la fin de 20 années de paralysie dans les efforts multilatéraux de désarmement nucléaire.

123 pays (dont Autriche, Suède, Mexique, Brésil, Afrique du Sud, Malaisie, …) ont voté en faveur de la résolution L41 « Faire avancer les négociations multilatérales sur le désarmement nucléaire », qui va mettre en place à l’ONU à partir de Mars 2017 une conférence pour négocier un « instrument juridiquement contraignant pour interdire les armes nucléaires » afin de conduire à leur élimination totale.

La majorité obtenue pour ce vote est impressionnante puisqu’elle regroupe plus des trois-quarts des États. Le vote d’aujourd’hui démontre très clairement que la majorité des pays du monde considère  nécessaire, possible et urgent l’interdiction des armes nucléaires !

Les armes nucléaires restent les seules armes de destruction massive non encore interdites d’une manière globale et universelle, en dépit de leurs conséquences humanitaires et environnementales catastrophiques.

« Nous venons de réaliser un pas important pour renforcer la non-prolifération nucléaire, ce qui démontre une volonté forte pour de nombreux États de changer de paradigme sécuritaire » souligne Jean-Marie Collin membre du comité de pilotage de ICAN France – Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires.

La France a refusé – comme les États-Unis, le Royaume uni et la Russie – de voter en faveur de cette résolution prétextant que ce processus aura « un effet déstabilisateur pour la sécurité régionale et internationale » ; cette réaction française est « un non sens politique » pour Patrice Bouveret, Directeur de l’Observatoire des Armements  « alors même que la communauté internationale ne cesse de s’inquiéter de l’existence de ces armes de destruction massive ».

La mobilisation à travers le monde de la campagne ICAN a été intense, mobilisant parlementaires, Parlements, élus locaux et société civile. Il faut remarquer que le vote de l’ONU est intervenu aussi quelques heures après que le Parlement européen ait adopté sa propre résolution – 415 voix en faveur et 124 contre, avec 74 abstentions –  en invitant les États membres de l’Union européenne à « participer de façon constructive » dans les négociations de l’année prochaine.

Pour Silene Theobald, coordinatrice du projet Jeunes d’ICAN France, « notre génération – les millenium – allons poursuivre la mobilisation engagée depuis plusieurs semaines à l’ensemble de la jeunesse car nous ne voulons plus vivre sous la menace des armes nucléaires ».

Le Comité international de la Croix-Rouge avait également lancé un appel aux gouvernements pour appuyer ce processus, indiquant le 12 octobre dernier que les États avaient « l’occasion unique de faire un pas décisif vers l’interdiction et l’élimination totale des armes les plus destructrices jamais inventées : les armes nucléaires»

Les commentaires sont fermés