Origami et pédagogie : Une action pour la jeunesse

@PHOTO PA. D

« Origami et pédagogie », voilà une efficace combinaison utilisée par une professeure – Soho Poignard –  pour sensibiliser des collégiens aux conséquences de la bombe atomique.

Cette professeure de technologie en collège, a organisé à l’occasion de la 11ème Fête des collégiens à Cenon, avec ses élèves et en partenariat avec nous, ICAN France,  un projet pédagogique pour promouvoir la paix et sensibiliser la jeunesse sur les dangers des armes nucléaires. Ce projet, c’est la réalisation de 1000 grues en papier sous la forme d’origami, aussi appelé senbazuru au japon signifiant « la légende des milles grues ».

La grue est un animal légendaire au japon, perçu comme pouvant vivre 1000 ans. Ce mythe a donne naissance a une tradition japonaise encore très présente aujourd’hui qui est la conception d’un impressionnant montage de 1000 grues en origami liées ensemble et donné à une personne malade ou accidentée pour lui souhaiter son rétablissement, et lui octroyer une vie longue et saine. Cette pratique a gagné une grande considération après les évènements d’Hiroshima et Nagasaki, quand une jeune survivante japonaise de la bombe nucléaire, nommée Sadako Sasaki, décide malgré sa leucémie de construire ce senbazuru et faire vœu de guérison pour toutes les victimes de la bombe, aussi appelé hibakusha au Japon.

Cet acte a obtenu une grande valeur symbolique, décrivant à la foi un geste d’espoir et de paix, mais aussi rend hommage aux victimes du nucléaire. C’est dans cette optique que Sophie Poignard a réalisé ce projet avec sa classe, leur offrant sous la forme d’une activité engageante, une nouvelle manière d’apprendre autant sur l’histoire et la culture d’un pays telle que le Japon, que sur des personnalités œuvrant pour la paix dans le monde, tout en leur forgeant une vision critique sur la guerre et l’armement nucléaire. Ce travail réalisé avec notre soutien, a permis de faire partager aux élèves et autres participants diverses activités comme des quizz et le visionnage de vidéos pour supplanter le projet. 

Voilà qui devrait donner des idées à tous les professeur(e)s de France !

Les commentaires sont fermés