Il est temps de rompre avec les armes nucléaires

« La bombe atomique est principalement un moyen d’anéantir impitoyablement des villes. »

Ces mots sont ceux de Leo Szilard, l’un des scientifiques ayant aider à réaliser le développement des armes nucléaires. Il a écrit cette phrase, tirée d’une pétition signée par des dizaines d’autres scientifiques qui ont travaillé sur le projet Manhattan, et priant le président Harry Truman de ne pas faire usage de la bombe nucléaire sur le Japon. Les architectes de ce monde nucléaire redoutaient alors les implications de la technologie qu’ils avaient créée.

Près de 75 ans plus tard, il est à nouveau temps d’interroger les créateurs de technologies innovantes, les innovateurs, les entrepreneurs et les universitaires : participerez-vous à « anéantir impitoyablement des villes » ? Allez-vous mettre l’étendue de votre talent au service d’armes nucléaires ? Utiliserez-vous la technologie pour créer ou pour détruire ?

Le moment est venu de choisir :

L’humanité se trouve à un nouveau tournant. Une nouvelle course à l’arme nucléaire a sérieusement commencé, menée de front par les États-Unis et la Russie ; elle met en pièce la promesse d’une paix durable au profit d’une nouvelle guerre froide. La dernière arme russe vise la destruction par un tsunami radioactif de la côte des Etats-Unis. Les États-Unis eux fabriquent de nouvelles armes nucléaires « plus susceptibles d’être utilisées ».

Dans le même temps, il apparaît que la Corée du Nord est en train de reprendre l’élaboration de son programme nucléaire naissant. Quand à l’Inde et au Pakistan, ils sont au bord d’un conflit nucléaire ouvert, dont les conséquences, selon les modélisations climatiques, démontrent qu’une famine mondiale pourrait se produire, tuant jusqu’à 2 milliards d’être humains.

Comment arrêter cette marche vers le néant ? 

Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires a créé une opportunité de changer radicalement le cours des choses par le pouvoir du droit international et en faisant évoluer les normes. Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires aura force de loi à l’échelle internationale lorsqu’il aura été ratifié par 50 nations. Nous en sommes déjà à 22.

Le monde de la finance reconnaît lui aussi ce risque et certains des plus gros fonds de pension au monde se retirent du marché des armes nucléaires. Mais il existe quelque chose d’encore plus puissant que le tout-puissant dollar : le capital humain.

Le complexe industriel des armes nucléaires repose sur les meilleurs scientifiques, ingénieurs, physiciens et créateurs de technologies innovantes pour fabriquer cet arsenal mortel. Au fur et à mesure que ces talents s’installent dans le secteur des technologies, les sous-traitants de la défense et le Pentagone cherchent à collaborer avec les grandes entreprises technologiques et les startups, ainsi qu’à poursuivre leurs activités avec les universités.

Sans ces créateurs de technologies, il n’y aurait pas de nouvelle course à l’armement nucléaire. Il est temps de retirer le capital humain de l’arme nucléaire.

Une erreur qui exterminerait l’humanité ?

Il y a à peine plus d’un an, des Hawaïens se sont mis aux abris et ont frénétiquement recherché sur internet « que faire en cas d’attaque nucléaire ». Quelques jours plus tard, de nombreux Japonais possesseurs de téléphones portables ont également reçu une fausse alerte concernant l’arrivée d’un missile nucléaire.

La combinaison d’erreur humaine et de défauts technologiques mise en évidence par ces incidents rend des attaques nucléaires accidentelles inévitables si nous ne mettons pas un terme aux armes nucléaires avant qu’elles ne nous fassent disparaître.

Le développement des nouvelles technologies d’apprentissage automatique, les systèmes d’armes autonomes, les cybermenaces et la manipulation des réseaux sociaux déstabilisent d’ores et déjà l’ordre politique mondial et accroissent potentiellement le risque d’un cataclysme nucléaire. C’est pourquoi il est vital que la communauté technologique s’engage collectivement à employer ses compétences et son savoir faire pour nous protéger de la menace nucléaire en se joignant aux efforts d’abolition des armes nucléaires dans le monde.

Nous devons stopper cette escalade nucléaire absurde. Notre engagement doit être celui d’un monde sans arme nucléaire, en déviant la trajectoire actuellement suivie. Poursuivre dans cette voie ne peut que nous mener à une guerre nucléaire.

Il a fallu de l’innovation, des bouleversements technologiques et de l’ingéniosité pour que se lève l’aube du nucléaire. Nous aurons besoin de ces mêmes forces, en plus grandes proportions, pour provoquer son crépuscule — le désarmement complet des pays dotés de l’arme nucléaire et des garde-fous contre toute future prolifération.

Il est naïf de croire que nous pouvons continuer pendant encore 70 ans à faire ce que nous faisons depuis déjà 70 ans. Cette croyance est fondée sur une foi fantaisiste et déplacée dans la dissuasion, une pensée illogique. On nous dit à la fois que les armes nucléaires garantissent la sécurité mondiale et que cela est dû au fait de ne jamais les utiliser. Elles confèrent le pouvoir, mais ne donnent de pouvoir qu’à certains pays.

Le caractère erroné de cette pensée a été mis en lumière par la période que nous vivons. Trente ans après la fin de la guerre froide, les armes nucléaires ont proliféré. Des traités cruciaux ont été dénoncés ou sont menacés. Et davantage encore de pays menacent de mettre au point des armes nucléaires.

Je vous lance donc un appel : rejoignez-nous dans cette rupture nécessaire ; déclarez que vous ne porterez pas de responsabilité dans notre disparition ; déclarez que vous mettrez la technologie au service du bien.

Tribune de Beatrice Fihn, Directrice Executive de ICAN International. Cet article a initialement été publié par Techcrunch

Engagement

La campagne Internationale pour Abolir les Armes nucléaires, vous encourage les créateurs de technologies innovantes, les innovateurs, les entrepreneurs et les universitaires a souscrire à cet Engagement.

« La technologie est une arme à double tranchant. Elle peut autant générer de la création que de la destruction.

Les armes nucléaires sont l’ultime illustration que la technologie peut détruire. Ce sont des armes de destruction massive, destinées à blesser les civils sans discrimination. L’impact humanitaire des armes nucléaires, même des plus petites, est catastrophique et inadmissible.

Dans mon travail, je m’engage à ne pas utiliser mes compétences pour développer ou aider à la conception d’armes nucléaires.

Je n’y prendrai pas part, et j’invite mon employeur à rejoindre la majorité des Etats qui ont rejeté les armes nucléaires au nom du droit international. Je soutiens le Traité d’interdiction sur les armes nucléaires qui mettra un terme à la menace catastrophique des armes nucléaires.

Sans le soutien des créateurs de technologies innovantes, des entrepreneurs, des scientifiques et des universitaires pour construire et maintenir ces armes inhumaines, les armes nucléaires n’existeraient pas.

C’est pourquoi, je demande à mes collègues, aux entreprises, aux organisations et aux dirigeants de ce secteur de se joindre à nous dans cet engagement. »

Vous pouvez souscrire a cet engagement :

  • Soit en vous rendant sur cette page : Its time to disrupt nuclear weapons
  • Soit en nous envoyant un email indiquant votre volonté de souscrire à cet engagement (avec votre nom, prénom, email, pays, nom de la société – non obligatoire -, champ d’activité) à  : coordination(@)ican france.org

Les commentaires sont fermés