Bruno BARRILLOT, « Vérité et Justice » pour les victimes des essais nucléaires

« Au milieu des années 1980, j’ai participé à la création d’un centre de recherche sur les questions de paix et de désarmement complètement indépendant [Observatoire des armements, Lyon]. Et c’est comme ça que je suis rentré de plein pied sur les essais nucléaires. Il se trouvait que Greenpeace Nouvelle-Zélande avait publié une brochure avec des témoignages de Polynésiens en anglais. A Paris, même à Greenpeace, on disait “C’est encore un coup des anglophones qui attaquent la France”… En effet, les témoignages étaient effarants sur les maladies et sur le déroulement des essais à Moruroa. Donc, le directeur de Greenpeace France, avait demandé que le centre de recherche de Lyon puisse aller vérifier ces témoignages sur place. Comme j’étais le seul disponible à l’époque, on m’a envoyé à Tahiti. Je suis venu ici en 1990. »

 

Tel est le point de départ de l’engagement durant plusieurs décennies au sein de l’Observatoire des armements pour approcher de la vérité des 210 essais nucléaires réalisés par la France d’abord au Sahara puis en Polynésie française et de leurs conséquences pour l’environnement, la population et les personnels… Publication d’ouvrages, d’articles, face au déni du gouvernement ; création d’un réseau national et international, pour que Vérité et Justice soient rendues aux victimes ; interpellation des parlementaires pour qu’une loi de reconnaissance et d’indemnisation soit publiée le 5 janvier 2010, dite « loi Morin ».

Bruno Barrillot a également contribué à la mise en place en 1991 du collectif « Stop essais ! » — qui aujourd’hui poursuit son activité sous le nom de « Abolition des armes nucléaires—Maison de Vigilance ». Le « Nuclear Free Futur Award », ou prix de l’avenir sans nucléaire qui t’a été décerné en 2010, viendra honorer cet engagement sans faille que tu as poursuivi jusqu’à ces dernières semaines. Il est décédé le 25 mars 2017 en Polynésie à l’âge de 77 ans.

Écouter son témoignage : https://www.youtube.com/watch?v=_AkBpZYPMYs

Pour en savoir plus :

Les commentaires sont fermés